• lnaroundtheworld

Criminal (retour à Medellin)


Je reprends la route de Medellin, où m’attendent Victoria, Clémence et David.

La dernière fois je n’ai pas vraiment visité la ville alors cette fois-ci, vu que Vic vient d’arriver, je vais faire la vraie touriste et voir ce qu’il y a à voir en dehors du quartier de El Poblado et du centro.

Peu de temps après mon retour à l’auberge Los Patios, en ce 15 mars 2018, Victoria me rejoint. Ça me fait tellement plaisir de la retrouver. On s’est quittées il y a peu de temps mais je suis super contente d’avoir encore quelques jours pour passer du temps avec elle.

Je lui fais découvrir El Poblado et on rejoint un pote à elle, pour boire un verre. Finalement, l’ambiance ne sera pas au RDV alors on écourte le truc et on décide de se faire une soirée tranquille à l’auberge, entre nous. On sait qu’on aura tout le temps de faire la fête et que si on veut profiter de Medellin de jour, mieux vaut se coucher un peu plus tôt ce soir.

Le lendemain, on part à la découverte de la comuna 13, un quartier populaire et très symbolique au sud de Medellin. Autrefois qualifié de quartier le plus dangereux du monde, c’est devenu un must see pour les touristes. C'est un lieu incontournable pour les fans de street art, mais aussi un endroit où en apprendre plus sur l’Histoire, récente, du pays.

On a booké un tour avec l’auberge, on part à 4 en Uber direction comuna 13. Tout est pris en charge et le chauffeur est censé nous déposer à un point de RDV avec le guide du quartier avec qui on va faire le tour.

Censé…Parce que le gars nous demande de le payer en descendant et il n’y a aucun guide là où il s’arrête. Il devient super énervé devant notre refus, alors que la fille de l’auberge lui a bien expliqué et qu’on est 4 à avoir compris la même chose. Je perds patience et lui dit qu’il se démerde avec l’auberge, que nous on ne déboursera pas un centime, ça pue l’arnaque à plein nez son truc.

Il finira par joindre l’auberge et le guide finira par nous retrouver, le gars n’ayant pas respecté le point de RDV. On commence donc le tour en espagnol, juste Vic et moi car les deux autres ont choisi le tour en anglais.

Notre guide est né et a toujours vécu dans la comuna 13. Il est donc plutôt bien placé pour nous en parler et on sent bien son émotion quand il parle des heures très sombres du quartier.

Il nous raconte des histoires qui se sont passées ici, à la fin des années 1990. Zone stratégique du trafic de drogues et d'armes, la trece est mise à feu et à sang par les 3 grands groupes armés(AUC, FARC et ENL) qui s'affrontent pour le contrôle du quartier, idéalement situé pour passer de la drogue via le Panama.

Je n'ai regardé que 3 épisodes de Narcos, je n'y connais pas grand-chose dans l'histoire colombienne mais j'ai quand même les bases et j'arrive à visualiser ce qui s'est passé ici, il y a finalement peu de temps.

Entre Pablo Escobar et les narco-traficants , La guerilla a fait des milliers de morts entre 1998 et 2002. Notre guide nous raconte qu'il était normal de marcher dans la rue et de voir un cadavre par terre. Les ambulances ou la morgue ne venaient pas dans ce quartier, trop dangereux. C'était à la famille d'amener le corps jusqu'à un endroit où il pouvait être pris en charge.

Le quartier a connu ses pires heures en 2002, avec l'opération Orion, menée par le Gouvernement. Plus de 3.000 hommes partent à l'assaut de la comuna 13, appuyés par des hélicoptères. Ils tirent sans distinction, blessant et tuant des civils qui n'ont rien à voir avec les narco-trafiquants. Les maisons sont perquisitionnés sans mandat, les gens sont arrêtés sans raison...C'est le début des disparitions.

Des années après, on ne sait toujours pas ce que sont devenus les personnes disparues, même si on sait désormais qu'une des collines faisant face au quartier a servi de fosse commune. Les habitants qui ont perdu des proches ont sous leur nez, chaque jour, la possible tombe de quelqu'un dont ils sont sans nouvelle depuis des années.

Le pire, c'est que sans le savoir, ils ont fait de cette colline une décharge, enfouissant encore plus les corps. En 2009, un accord a été signé pour commencer à creuser et exhumer les corps, mais les travaux ont cessé rapidement, question de coût et d'incertitude sur la location des corps. Medellin n'a pas fini de compter ses morts...

Le quartier a beaucoup souffert du trafic de drogue, des paramilitaires, mais aussi des actions légitimées par un Gouvernement véreux et sans limite.

De nombreux efforts ont été faits pour réhabiliter la comuna 13, non pas pour oublier ce qui s'y est passé, mais pour aller de l'avant.

Le street art a pris une place très importante ici, les artistes du quartier exprimant leur colère, leurs revendications et leur espoir en un meilleur futur. Tout le monde veut donner un meilleur visage qu quartier et le tourisme que se développe, pour l'histoire et l'art, y contribue.

En plus du graffiti, les jeunes du quartier se sont mis à la danse, et font des petits spectacles de hip hop, en plein soleil, en attendant que les touristes laissent une pièce dans leur casquette à la fin du show qu'ils répètent inlassablement.

Les moins jeunes vendent des glaces maisons aux fruits. Des morceaux entiers de mangue, un peu d'eau sucrée et un petit pot, au freezer et BIM, vous avez une glace savoureuse.

Comuna 13 panse ses plaies et se renouvelle.

C'est une partie incontournable de Medellin, de la Colombie, à visiter avec un guide local plutôt qu'un bouquin de tourisme.

Avec Vic, on a eu des frissons à écouter notre guide, on a été émues devant certaines fresques et on a aussi senti cette envie, ce besoin de renouveau, de plus de légèreté.

On s'est pliées à la descente du toboggan, on s'est cramé les cuisses en le faisant mais ça nous a permis de continuer la visite du quartier avec un sourire qu'on avait perdu en imaginant tout ce qui s'est passé ici.

Les habitants du quartier se sont tous montrés super sympas et avenants, on ne s'est pas senties en danger, même si on n'y traînerait pas la nuit et qu'on sait que certains coins de la comuna 13 restent des zones non recommandées aux touristes.

Les escaleras electricas aussi ont contribué à l'évolution du quartier, rendant plus accessibles certaines parties de la comuna 13. Avant il fallait que les habitants grimpent l'équivalent de 28 étages pour se rendre du bas du quartier aux maisons situées en haut. Dur de motiver les gens à sortir de chez eux, à travailler... 384 mètres d'escalators, divisés en 6 parties ont amené un réel changement à la trece. Un coût important mais surtout un investissement pour l'ouverture, un vrai progrès.

Après une longue balade dans le quartier et les alentours, Vic et moi avons repris la route de l'auberge et récupéré nos affaires pour aller investir la chambre d'amis chez Clémence et sa coloc (et Vera, le chat le plus célèbre de Colombie).

Clémence nous file les clés de chez elle, après une belle cascade en skate de Victoria. Je revois encore la scène au ralenti, ça aurait pu mal tourner mais la Miss est coriace et rien ne l'arrête :p

Le soir, on rejoint une collègue de Clémence pour aller écouter un groupe Colombien "Los Pangurbes y El Ciudeblo". On ne sait pas à quoi s'attendre mais on lui fait confiance et on fait bien. Le concert est juste génial, ils ont une patate d'enfer et je les imagine tellement bien sur une des scènes du festival du bout du monde !! Clémence se transforme en groupie de la chanteuse, on se marre avec le groupe et on montre aux Colombiens qu'en France aussi on sait remuer du popotin sur le dance floor, avec le DJ qui fait son set de cumbia revisitée. Un masque sur la tête, chacun est invité à danser au milieu du cercle.

J'en ris encore de cette soirée, merci Clémence !!

Après le concert, Vic et moi on tente de retrouver des potes à elle dans un bar mais sans succès, du coup on finit en boîte toutes les deux et on lâche tout sur la piste, sur du bon reggaeton comme on aime. Le videur est tombé amoureux de moi, il me la joue à la Colombienne, à grand coup de "ay mi corazon" et compliments et grands gestes. ça fait du bien à l'ego, (tant qu'on ne s'emballe pas pour de vrai :) ).

Le lendemain, c'est grasse mat' pour se remettre de la folle nuit, piscine pour se rafraîchir avec une météo bien lourde et shopping. David, le chéri de Clémence est arrivé et ça fait super plaisir de le retrouver. ces deux-là sont tellement cocos et adorables, je suis contente de les avoir rencontrés ici.

Le soir, les deux amoureux ont une soirée de prévue, du coup j'en profite pour retrouver Nathan et Violaine, rencontrés à Medellin lors de mon 1er passage, et Pierre, rencontré à Minca, dans un super bar de Medellin, recommandé par Clémence (<- ceci est un lien).

Le Victoria Regia est comme elle nous l'avait vendu: le cadre est juste dingue, alors que la devanture nous avait repoussées. Et les tarifs sont exorbitants pour la Colombie !

Il y a des concerts live ce soir, ambiance garantie ! ça sera super court avec Nathan et Violaine car Nathan n'est pas en super forme, mais Pierre lui, a la pêche et il nous montre ses talents de danseur. Quel plaisir de le retrouver ! Le courant passe super bien entre lui et Victoria, on se marre, on danse et on décide de continuer la nuit dans les nightclubs d'El Poblado. C'est que mon videur m'attend, et on ne fait pas attendre les fans :p

On rentre crevées chez Clémence, mais qu'est ce que ça fait du bien de se défouler sur la piste et de danser sans se poser de questions. On profite de chaque minute, parce que c'est la fin de la Colombie pour moi, demain on décolle pour Bogota, où Vic va rester quelques jours et moi prendre un avion pour rejoindre Beverly au Mexique.

Même si on s'est couchées tard (ou tôt, c'est selon), je me lève le lendemain pour faire des crêpes pour le brunch et pour remercier Clémence de son accueil. Des vraies bonnes crêpes bretonnes avec la meilleure recette del mundo.

On s'en met plein le bide et puis il est temps de faire nos sacs et de dire "au revoir".

Au revoir, parce qu'au fond de moi, je sais que je reviendrai en Colombie et que je continuerai d'explorer ce magnifique pays.

Au revoir, parce que je sais que je reverrai ces gens avec qui j'ai passés des moments géniaux qui m'ont donné des tas de souvenirs inoubliables et d'amour.

Grosse patate de chat, jolie Vera

On part le coeur serré, les larmes aux yeux, direction l'aéroport. Plein d'émotions se bousculent dans ma tête et dans mon coeur en quittant Medellin et les belles personnes que j'y ai rencontrées.

Muchissimas gracias Clémence y David, por todo. Voy a regresar un dia, claro, voy a regresar. Esperame !!

A Bogota, je dis au revoir à mon Piou Piou, ma belle Victoria, que j'ai hâte de retrouver en France cet été. Merci pour toutes ces discussions qu'on a eues, ces fous rires et pour être toi. A très vite mon Piou Piou <3

Je passe ma dernière nuit seule dans un airbnb miteux de Bogota, proche de l'aéroport, mais dans ma tête, j'ai plein de musique, de visages et de bons moments.

Et puis je sais que demain, je retrouve ma Bichette, Beverly, amie et ancienne coloc de Vancouver. C'est parti pour de nouvelles aventures !

Cancuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuun !!

En attendant, je vous laisse avec un diapo coloré, sur un reggaeton qui résonne dans toute l'Amérique du Sud, Criminal d'Ozuna. Double sens, évidemment. Le titre, pour le côté vrai criminel de Pablo et ses copains, et les paroles et le rythme, pour le côté festif et lover des Colombiens. (Prenez le temps d'aller regarder les paroles si vous n'avez pas fait espagnol 1ère langue, ça vaut son pesant de tacos).


  • Twitter Round
  • Instagram Black Round

© 2015 par Starry Sun.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now