• lnaroundtheworld

Black mambo (Chichen Itza, Mexique)


28.03.18

De bon matin, nous avons quitté l'auberge avec nos sacs pour prendre le bus direction Chichen Itza.

Pour rappel, le site de Chichen Itza est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO et est l'une des 7 merveilles du monde.

Oui Madame !

ça fait quelque chose, je vous le dis :)

Le site propose un service payant de consigne où vous pouvez vous délester de vos backpacks, le prix variant selon la taille du sac (si ça passe dans un locker ou non). Je dépose nos sacs pendant que Beverly commence à faire la queue car il y a déjà foule malgré l'heure matinale et le soleil tape déjà.

Nous avions décidé de prendre un guide cette fois, car nos visites de ruines nous avaient jusque là laissées un peu insatisfaites, n'ayant pas ou peu de panneaux explicatifs sur les sites.

Une fois notre petit groupe formé, le guide se met en route et nous passons deux bonnes heures à l'écouter nous expliquer ce que représente chaque bâtiment.

Le plus célèbre du site, c'est Kukulcan, ou El Castillo. Kukulcan est un Dieu Maya, de la résurrection et de la réincarnation, représenté sous le forme d'un serpent à plumes.

Notre guide nous parle alors de l'équinoxe de Printemps qui a eu lieu quelques jours auparavant et du phénomène qui se produit à chaque fois, avec un serpent qui semble descendre sur les marches de l'escalier nord de Kukulcan, lorsque le soleil se couche.

C'est déjà impressionnant aujourd'hui, même en ayant les explications sur le phénomène (illusion d'optique), mais imaginez à l'époque des Mayas, l'impact sur leur croyance !

Voir doucement se former un corps de serpent qui termine pile poil sur la tête de serpent qui termine l'escalier.

Encore aujourd'hui ce phénomène a beaucoup d'importance pour les Mexicains et la foule est au rendez-vous sur les 3 jours où l'on peut admirer le phénomène.

Même au-delà de l'équinoxe, Kukulcan est un chef d'oeuvre technique, une prouesse incroyable quand on pense aux moyens de l'époque. 30 mètres de hauteur et 365 marches.

Lorsque l'on se place à une certaine distance du bâtiment et que l'on tape des mains, un écho se produit.

On a récemment découvert que la pyramide était construite sur une cenote ! Non, elle ne flotte pas sur l'eau mais des scientifiques ont pu démontrer que l'un des coins de la pyramide était posé sur une cenote, ce qui ne fragilise pas le bâtiment en lui-même et donne un côté encore plus sacré à El Castillo, les cenotes étant des lieux sacrés pour les Mayas ( voie d'accès à l'autre monde).

Le reste de la visite est toute aussi intéressante et on ne regrette pas du tout d'avoir pris un guide pour ce site majeur dans la culture Maya. 400 pesos bien amortis.

Si je n'avais pas eu si chaud, ça aurait été parfait !

Une fois la visite guidée terminée, on est libres de rester sur le site et de se promener à notre guise. Ce qu'on fait en suant à grosses gouttes et en prenant encore 10.000 photos.

On est aussi pas mal alpaguées par les vendeurs installés sur des stands un peu partout et principalement sur une allée qui mène stratégiquement aux WC.

D'office le vendeurs nous parlent en anglais, nos têtes ne faisant pas locales, a priori. Comme je réponds "c'est gentil mais non merci" en espagnol, les prix descendent déjà d'un 1/3. Aaaaaaaah, ok !!

Finalement, on arrive à négocier les cadeaux qu'on veut ramener pour 1/4 du prix demandé au départ, et c'est là qu'on se dit que les touristes sont vraiment des pigeons...

Enfin, c'est un moyen pour eux de gagner leur vie et de nourrir leur famille. On sait qu'on doit négocier un peu, et même si ça nous paraît déjà pas cher à la base, c'est le jeu. Jeu que je n'aime pas particulièrement mais là il a commencé avant même qu'on le sache, rien qu'en répondant en espagnol, ce qu'ils apprécient beaucoup.

On repartira avec des crânes, des Catrina et autres objets typiquement mexicains.

La chaleur étant étouffante et le bus pour notre prochaine destination étant loin d'arriver, on décide de partir se rafraîchir avec 10.000 autres touristes dans la cenote en prenant un petit bus pour 60 pesos (2 pers.).

IK KIL, c'est blindé de monde et pas particulièrement attrayant comme cadre, mais il fait tellement chaud qu'on s'en fiche complètement et qu'on saute dans l'eau sans se poser de question.

On barbote à la fraîche pendant une bonne heure et on remonte pour sécher et se changer, puis reprendre le bus.

Enfin c'était le plan, car l'heure tourne et toujours pas de bus. Du coup on commence à faire du stop, craignant de ne pas avoir le temps de retourner sur le site récupérer nos sacs et choper le bus pour Valladolid.

Le grand sourire de Beverly ne suffit pas à arrêter les voitures et il nous faudra une bonne quinzaine de minutes avant de pouvoir écouter du reggaeton dans une bagnole.

Et là, la bonne blague, les deux gars nous annoncent qu'il y a une heure de décalage horaire ici, ce qui fait qu'on a finalement une heure d'avance sur le timing.

Heure qu'on passera à attendre en mangeant des frites à l'ombre d'un arbre, dans les gaz d'échappement des bus de touristes... Mega LOL !

Au moins on rate pas le bus, einh ? :)

Avant de vous laisser, voici un petit résumé utile:

Astuces Chichen Itza :

* Prévoir de l'eau en quantité suffisante et de la bouffe pour éviter de se faire escroquer en devant l'acheter sur place

* Service de consigne (cf. plus haut)

* Prendre un guide en groupe, pour avoir toutes les explications. Si possible en espagnol car toutes autres langues est moins bien maîtrisée et donc plus dure pour le guide, qui sera moins bavard ou moins précis ;)

* Casquette et crème solaire seront vos alliés indispensables

Et puis pour finir en beauté, un joli diapo à écouter sur Black mambo, en rapport au serpent de la pyramide, par Glass animals. Enjoy !


  • Twitter Round
  • Instagram Black Round

© 2015 par Starry Sun.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now